mercredi 18 juillet 2018

Et maintenant chantons !




Inconnues en 1951, stars du disque en 1952 et quasiment retraitées en 1954, les Bell Sisters, Cynthia et Kay Strother de leur vrai nom, sont une curiosité dont peut-être certaines personnes se souviennent encore, essentiellement en raison du tube écrit par Cynthia et qu'elles vendirent à plus d'un million d'exemplaires : le "Bermuda" ci-dessus. 

L'histoire des sœurs Strother est en fait un conte : Cynthia, 16 ans, écrivait dans son coin des chansons qu'elle rêvait de voir remporter le premier prix d'un concours organisé chaque semaine sur une chaîne de TV locale à Los Angeles. Après deux échecs en solo, elle enrôla sa petite sœur Kay, 11 et retenta sa chance avec "Bermuda", qui non seulement remporta le premier prix mais tapa surtout dans l'oreille d'Henry René, alors arrangeur / producteur chez RCA qui acheta la chanson, signa les sœurs et les envoya dare-dare en studio enregistrer la chose avant qu'une autre vedette maison ne mette la main dessus. 




  
































Sortie des presses de RCA fin 1951, en mars 52, "Bermuda" était 7ème des hit-parade, se vendait comme des petites pains et les soeurs rebaptisées Bell faisaient la première partie de Nat King Cole, étaient les invitées spéciales du show de Diana Shore sur NBC et de celui de Sinatra sur CBS et recevaient des propositions de Hollywood. 

Aussi pendant deux ans, les soeurs Bell vont être partout, y compris en Corée pour soutenir le moral des troupes ou au générique de "Those redheads from Seatle", curieux western musical tourné en 3D avec Agnes Moorehead, ce qui fait beaucoup d'éléments sur lesquels nous pourrions nous arrêter quelques jours pour un seul film. 





































Finalement, en 1955, Cynthia, à l'origine de tout et après une vingtaine de titres gravés en compagnie de sa soeur en à peine 3 ans, décida qu'elle avait envie de se consacrer à sa vie privée. Elle se maria, eut 4 enfants et devint monitrice de natation pour enfants handicapés, ce que nous n'aurions pas pu inventer même avec beaucoup d'imagination. 

Kay, devenue une charmante jeune femme, continua un temps et devint même la chanteuse attitrée du Space Bar de Disneyland à partir de 1961, une sorte de Club Playboy mais à la sauce Oncle Walt. En compagnie de son groupe les Spacemen, elle enregistra quelques 45 tours assez formidables et souvent de sa composition, avant de décrocher son diplôme d'institutrice, qu'elle pensait ne jamais utiliser, sentant une signature prochaine chez Capitol qui ne se fera jamais. 

Les deux soeurs sont toujours parmi nous, il est fort possible qu'elles harmonisent encore à l'occasion en compagnie de leurs 5 autres frères et soeurs mais dieu merci, elles ne nous infligèrent jamais de grande formation familiale. Une seule famille King suffit, si vous voulez notre avis. 

2 commentaires:

Nina a dit…

Le rêve américain avec un degré Lana en prime !

soyons-suave a dit…

:)