mercredi 13 décembre 2017

Pour le plaisir.


































Soyons-Suave est heureux de vous offrir une soirée au coin du feu.

Le Quizz de Nina : le point et les indices.


































Comme d'ordinaire, nous n'avions aucune idée lundi soir de la facilité ou, au contraire, du degré de difficulté du Quizz proposé. Il s'avère qu'il vous laisse un peu perplexe. Voyons donc ce que nous pouvons faire pour vous permettre d'apercevoir la lumière. 

Tout d'abord, nous recherchons quelqu'un qui n'est jamais apparu sur nos pages et qui est toujours, non seulement parmi nous mais surtout en activité et même très en activité ces derniers temps. Et si la capture est tirée d'un film que, sans doute, personne n'a vu, sachez que cette personne est très connue et a été regardée par énormément de gens dans le monde entier. 

Enfin au cas où, voici des indices qui sont au nombre de deux : 

Indice n° 1 :























Indice n° 2 :


















Ahhhhhh. Je n'y aurais jamais pensé mais maintenant c'est tellement clair. Non ? Mais si ! A vos cellules grises. 

L'Instant Grrr


Et maintenant dansons !



On vous a dit que c'était parti, non ?

La photo mystère du mercredi.


































Ne nous demandez pas ce qu'il se passe dans cette image, nous n'en avons pas la moindre idée. 

La question suave du jour : et si nous révisions notre Jules Verne ?


































L'arrivée claire et nette de l'hiver, des vacances et, pourquoi le cacher, de Noël est souvent l'occasion ou plus exactement le prétexte idéal pour s'enfoncer dans un sofa et y demeurer, jusqu'à ce que les rétines réclament une pause, accompagné de la fameuse pile de DVD qui augmente désespérément à grands coups de "Je verrai cela plus tard".  

Le problème bien connu et maintes fois expérimenté, lorsqu'on s'apprête à s'enfoncer pour des heures dans un sofa est que, bien souvent, c'est pour y regarder des films qui ne figurent pas dans la fameuse pile et qui ont été de plus vus et revus mais qu'importe puisque la satisfaction sera là. Dans notre cas, nous cédons souvent à une adaptation de Jules Verne, généralement "Voyage au centre de la Terre" version 1959, que nous enchaînons avec "De la Terre à la Lune" et concluons avec "Les enfants du capitaine Grant" qui nous envoie généralement au lit. 

Et tout cela est idiot. Puisqu'il existe des dizaines de films tirés des romans de Verne et une énorme brouette que nous ne connaissons pas. Illustrations : 









































Donc cette année ça suffit, faisons preuve d'audace et brisons les habitudes... même si nous savons pertinemment que nous allons un soir ou l'autre finir devant cela : 


































Qui n'est d'ailleurs pas du tout une adaptation de Jules Verne mais y ressemble fortement. Oh et puis l'essentiel, c'est le plaisir non ? Et le lait de poule, bien évidemment. 

Mais avant de poursuivre, une retouche maquillage...


C'est mercredi : soyons LGBT !

Chaque mercredi, Soyons-Suave propose une tribune aux minorités opprimées, puisque la suavitude passe aussi par le respect et la compréhension. Quelqu'un a dit : "Il faut commencer par s'aimer pour pouvoir aimer les autres", ajoutons "Il faut reconnaître la suavité de l'autre avant de s'attaquer à la sienne". 

C'est donc avec fierté que nous vous offrons un roman lesbien, une moustache et un instant transgenre.




Le Brushing du jour.


































Parce qu'on n'a jamais assez de hauteur, de laque et d'anglaises, revisitons les plus suaves créations capillaires. Et pour cette huit cent cinquante cinquième édition, Mary Martin présente le modèle intitulé "ça mousse". 

lundi 11 décembre 2017

Pour le plaisir.






















Soyons-Suave est heureux de vous offrir un gadget essentiel.

Le Quizz de Nina.


































Voilà un Quizz qui nous fait particulièrement plaisir, en raison non seulement de la personne ci-dessus mais parce que nous pensons déjà au billet de la semaine prochaine annonçant le résultat et le nom du vainqueur. Que voulez-vous, nous nous devons d'avoir toujours une longueur d'avance. Vous êtes si forts et si exigeants. 

Pour revenir à ce soir, demandons-nous : qui gambade ainsi de nuit avec, peut-être, une poussière dans l'oeil ? La silhouette est élancée et la cheveu blond. Et voilà. Indices mercredi en cas de panne et un seul nom par réponse. Evidemment Nina ne joue pas. A vos cellules grises. 

17 fois Cécile Cassard ?








































































Non, 17 fois Cécile Cassard, ce serait trop. Contentons-nous de 7 fois un numéro d'art agricole et parfois enneigé, ce sera déjà hautement satisfaisant. 


Il aurait été suave qu'on pense à m'inviter.


Nous dirions même mieux : il eut été suave que l'on pensât à nous inviter !

Et maintenant dansons !



Allez ! C'est parti !

Pendant ce temps, à Hollywood...


































Robert se cherche un peu...

La fin du Quizz d'Ivan.






















Reconnaissons qu'il n'a pas été très sport de vous laissez aussi longtemps sans nouvelle de ce Quizz qui déchaîna les passions et les certitudes... enfin les quasi certitudes, puisqu'il tomba dans les 10mn qui suivirent sa parution dans une indifférence presque générale. 

Car oui, il s'agissait bien de Burt Lancaster et donc bien d'un nouveau triomphe de Nina, l'oeil toujours affûté et la réponse aiguisée et à laquelle nous demandons de contempler avec joie son nom en noir sur gris cette semaine sur nos pages. Et dire que vous doutiez... Allons allons ! Une reine de la photo mystère ne doute pas. Elle remporte des victoires, sereinement. Bravo ! 



































































Absolu classique du film noir, "Les tueurs", alias "The killers", est, comme personne ne l'ignore sans doute, l'adaptation d'une nouvelle d'Hemingway que réalisa en 1946 Robert Siodmak, qui permit à Burt Lancaster, à plus de 30 ans, de faire ses premiers pas devant une caméra (enfin presque puisque "La Furie du désert" fut tourné avant mais atteignit les écrans après) et sortit enfin Ava Gardner des utilités qu'elle jouait depuis 5 ans sans que personne ne le remarque. 

Après "Les tueurs", personne ne pouvait ignorer qu'Ava était la plus belle femme du monde et Burt l'une des plus formidables acquisitions du producteur Hal B. Wallis qui lui fit tourner 11 films en 4 ans. Star dès 1950, superstar dans les années 60, pas mal pour un ancien acrobate de cirque venu à la comédie à la suite d'un accident. 



































Faisant partie des acteurs les plus discrets d'Hollywood, Burt Lancaster se maria 3 fois et eut 5 enfants, et d’innombrables aventures si l'on en croit Shelley Winters et Joan Blondell et une quantité de messieurs, bien incapables pourtant de prouver ce qu'ils avançaient. 

Réalité, fantasmes, Burt était semble-t-il assez proche de Rock Hudson sans qu'il n'existe aucune photo des deux acteurs ensemble et se retrouva comme beaucoup d'autres sur la liste noire du FBI des personnalités suspectées de vie dissolue. C'était en tout cas un homme froid, distant et parfois colérique, ce que certaines de ses partenaires interprétèrent peut-être comme un signe évident d'homosexualité puisque non intéressé par elles. 

Seule certitude, le drame de Burt fut de n'être pas Brando dont il convoita le "Tramway", et contre lequel il fit campagne auprès de Scorcese pour être Don Corleone à la place du parrain. Mais rien n'y fit. Alors Burt fit une nouvelle série de pompes quand Marlon reprenait des spaghettis aux boulettes. 


Robert Mitchum, Errol Flynn et Burt






















































Il était pourtant formidable en cuir. Et à priori à l'aise en robe mais c'est un autre débat. 

Le String de la semaine.

Contrairement aux idées reçues, on peut être suave en string. Chaque lundi, la preuve en image. 


































Et cette semaine, notre ami le string, certain d'avoir des castagnettes à Noël, s'entraîne. 

Le Brushing du jour.


































Parce qu'on n'a jamais assez de hauteur, de laque et d'anglaises, revisitons les plus suaves créations capillaires. Et pour cette huit cent cinquante quatrième édition, Cyd Charisse présente le modèle intitulé "Léger désordre". 

C'est lundi !


















Mais avant toute chose, saluons un des bassets hound !

vendredi 8 décembre 2017

Pour le plaisir.


































Soyons-Suave est heureux de vous offrir une plante grasse.

Connaissez-vous Jean-Michel ?

Impossible d'envisager une fin de semaine sans notre cher ami Jean-Michel, qui chaque vendredi, partage avec nous, et le monde, les plus suaves clichés de son album photos. 


































Jean-Michel, 37 ans, avoue qu'il coûte cher.


Soyons K, soyons Pop, soyons K Pop !

Découvrir la K Pop par accident permet sans doute de se mettre un instant à la place de Speke apercevant pour la première fois le lac Victoria : on devine immédiatement qu'on vient de mettre le doigt sur quelque chose d'important. 

Chaque vendredi, échangeons nos hallucinations et notre fascination grandissante pour cette pop venue du Pays du Matin Frais tout en vous mettant en garde : cela peut être suavement addictif.



C'est avec un plaisir non dissimulé que nous vous présentons ce soir l'inénarrable vidéo du groupe Gugudan "Chococo" qui dépasse des sommets que l'on pensait déjà atteints depuis longtemps dans le n'importe quoi, en anglais le WTF, tant nous ne comprenons rien à ce qu'il se passe ci-dessus. 

Inutile de préciser puisque vous vous en rendrez compte assez rapidement si d'aventure vous appuyez sur play, que la chansons n'a aucun intérêt, nageant dans les eaux troubles qui séparent l'indigence de l'agacement potentiel. Mais le plaisir est ailleurs, dans les yeux en fait et dans les interrogations suscitées, facilement synthétisées par : "Pourquoi ?". 
























Elles sont donc 9, elles se sont rencontrées en 2016 lors d'un GRAND casting qui réunissait 101 candidates et elles forment depuis Gugudan. Et accessoirement, elles aiment le chocolat. Et accessoirement encore une certaine dramaturgie puisque chacun de leurs albums est présenté comme un acte. Nous en sommes au troisième. 

N'ayant pas encore réellement connu de mirifiques classements, il n'est pas impossible que Gugudan nous quitte avant le cinquième acte de ce qui serait alors pour elles une tragédie. Mais remercions les d'avoir chanté Noël. Qui approche. Rappelons-le ! 

Soyons Peplum !


Célébrons la toge, la tunique et même la serviette nouée.