vendredi 31 juillet 2015

Sharon Stone était l'invitée de la semaine.

































Mais voilà, c'est fini, aussi est-elle un peu mélancolique... 

Une lueur de joie peut cependant être perçue dans son regard puisqu'elle vient d'apprendre qu'elle ne sera remplacée par personne à partir de lundi puisque, nous aussi, partons en vacances. 

Pas d'inquiétude cependant, nous laisserons un Quizz lundi soir qui vous occupera... 2 minutes, si on en croit la vitesse avec laquelle vous avez pourfendu les précédents. 

Suave weekend donc, et à lundi. 




Les vrais hommes portent du rose.

































Soyons-Suave est heureux de s'associer tout l'été au mouvement "Real Men wear pink", sans être vraiment certain de ce que cela signifie en fait. Mais l'essentiel est là : c'est joli ! 

Et maintenant dansons !



Joe Thomas, à qui nous devons le disco du jour, est parfois un peu difficile à suivre, ne serait-ce que parce qu'ils sont quatre jazzmen à porter le même nom et à s'être adonné aux mêmes joies du saxophone. Vérifications faites, notre Joe sortit 9 albums entre 1971 et 1980, comment donc échapper au disco ? 

Après quelques galettes instrumentales, Joe décida qu'il était temps de donner un peu de voix à sa musique et embaucha de charmantes choristes nommées parfois Cissy Houston ou Jocelyn Brown, ce qui montre que cet homme avait du goût. 

Plus surprenant, il décida en 1978 de dédier un de ses morceaux au sulfureux Plato's Retreat, club échangiste de New York qui fut un temps surnommé le "Studio 54 du sexe". Nous vous laissons réfléchir un instant à ce que cela impliquait, le Studio 54 étant déjà réputé pour ses orgies en tout genre. Tombons donc la chemise et le pantalon, et dansons comme si nous devions mourir demain. 


































Et le bonus du jour : l'hallucinante publicité pour le Plato's Retreat qui semble très décalée, au moins au cours des 15 première secondes...

Pendant ce temps, sur une plage...


Le trio du jour.



































Soyons-Suave est heureux de vous offrir trois palmiers, dont un, franchement dattier. 

Soyons plastique !


Sharon Stone est l'invitée de la semaine.

































Et elle vous dit bonjour.

jeudi 30 juillet 2015

Sharon Stone est l'invitée de la semaine.

































Et elle vous dit bonsoir.

C'est jeudi : sortons dîner !


Et si en plus le restaurant fait hôtel, soyons fous : restons dormir ! 

Et maintenant dansons !



Le disco du jour doit normalement vous rappeler quelque chose, non qu'il est toujours bon de commencer sa journée par un agrume mais plutôt l'immense tube de Barry White "It's ecstasy (when you lay down next to me)" dont il est une pure déclinaison. Cela n'empêcha en rien "Le Spank" de devenir l'un des succès de 1978, aidé par les chœurs atmosphériques des Jones Girls, dont nous avons déjà parlé et auxquelles nous avons déjà déclaré notre amour. 

Chose totalement impossible en 1978 : voir "Le Pamplemousse" sur scène puisqu'il fut l'un de ces groupes fantômes n'existant qu'en studio, sous les deux baguettes magiques de Laurin Rinder et W. Michael Lewis, qui furent également derrière de somptueuses supercheries comme "Saint Tropez" (déjà écouté ici-même), "Tuxedo Junction", "Warriors" ou "El Coco". 

Rinder et Lewis étaient si prolifiques qu'ils créaient des groupes dès qu'ils avaient 10 chansons... ou parfois seulement 4 mais de 8 minutes chacune. On embauchait des choristes et on faisait de jolies pochettes. "Le pamplemousse" sortit 7 albums entre 1976 et 1984 et franchement, si ce n'est pas une idée collection, parce que, comme le veut n'importe quel pamplemousse, c'est toujours frais. 



Soyons plastique !


Le trio du jour.






Soyons-Suave est heureux de vous offrir trois femmes à percussion.

Pendant ce temps, sur une plage...


C'est l'été : soyons délinquants !

































Cette jeunesse, tout de même...

Sharon Stone est l'invitée de la semaine.

































Et elle vous dit bonjour !