mercredi 27 février 2013

Pour le plaisir.















Soyons-Suave est heureux de vous offrir un accessoire indispensable. 

L'Instant Grrr


Et maintenant chantons !



Qu'on se rassure, la saison 4 est toujours sous la protection de Sainte Barbra...

Pendant ce temps, à Hollywood...

































Liz est très Indian Tonic...

La question suave du jour : doit-on avoir peur des kaïjus ?





















Afin de balayer les interrogations qui pourraient vous assaillir : définissons le mot du jour. Un kaïju est une créature gigantesque, parfois naturellement grande, parfois anormalement volumineuse en raison d'une exposition à des radiations nucléaires, et parfois venant de l'espace ce qui explique qu'elle soit différente. Un monstre donc, dont l'activité principale consiste à détruire les villes et semer le chaos. 

Nés dans les années 50 au Japon, les kaïjus sont d'une certaine façon la suite logique d'Hiroshima : ils prouvent que tripatouiller l'atome mène rarement à des choses positives. Les Kaïjus ne sont pas fondamentalement méchants, ils n'ont pas la même vision du monde que nous. Et s'ils attaquent, c'est que généralement, on les a dérangé. 





















Si tout le monde connait Godzilla, sorte de lézard paisible qui s'attaqua aux hommes, c'est officiel depuis 1998, parce que Jean Reno le dérangea en faisant des essais nucléaires dans le Pacifique, le monde des kaïjus est assez diversifié et permet de changer quelque peu la vision que l'on a parfois de la faune. 

On y trouve en effet :

- une mite aux pouvoirs télépathiques : 














- une écrevisse qui ne craint pas l'air :


















- une tortue qui peut voler même si cela ne se voit pas :


















- un rhinocéros possédant la fonction bipède :





















- un poulet qui crache du feu :





















- et des races plus rares : des varans amphibies, des dragons à trois têtes, des ptérodactyles...
























Nous allons nous répéter mais il n'y a à priori aucune raison d'avoir peur d'un kaïju, qui vit paisiblement sur Mars ou sous la croûte terrestre et qui n'attaque que s'il se sent en danger. 

Voilà pourquoi nous ne parvenons pas à comprendre comment on peut encore, en 2013, avoir l'idée saugrenue d'aller lancer des bombes dans des fosses sous-marines. 



Il nous faudra attendre le 17 juillet pour avoir la confirmation que l'homme n'apprend rien de ses erreurs et qu'un crabe en colère ne peut être arrêté.

Vous devrez attendre quelques semaines supplémentaires pour gagner 90mn, c'est une moyenne en en lisant le résumé et même la fin dans un numéro de "Soyons-Suave weekend".

C'est déjà ça ? Oui, c'est vrai, c'est déjà ça ! 

Mais avant de poursuivre, une retouche maquillage...


C'est mercredi : soyons LGBT !


Chaque mercredi, Soyons-Suave propose une tribune aux minorités opprimées, puisque la suavitude passe aussi par le respect et la compréhension. Quelqu'un a dit : "Il faut commencer par s'aimer pour pouvoir aimer les autres", ajoutons "Il faut reconnaître la suavité de l'autre avant de s'attaquer à la sienne". 

C'est donc avec fierté que nous vous offrons un roman lesbien, une moustache et un instant transgenre.




Le Brushing du jour.

































Parce qu'on n'a jamais assez de hauteur, de laque et d'anglaises, revisitons les plus suaves créations capillaires. Et pour cette quatre cent trente et unième édition, Sigourney Weaver présente le modèle intitulé "Pointes relevées". 

lundi 25 février 2013

Pour le plaisir.

































Soyons-Suave est heureux de vous offrir un peu de transparence.

Le Quizz de Jérôme.













L'image mystère du jour n'est pas des plus gracieuses et de toute évidence, l'inconnue à identifier n'était pas, contrairement à Norma Desmond, totalement prête pour son gros plan. 

Il n'est cependant pas impossible que le Quizz de Jérôme ne reste pas très longtemps sans réponse, rejoignant d'autres énigmes précédentes dans la catégorie des "On sait tout de suite ou on ne sait pas". Mais alors, justement : savez-vous ou ne savez-vous pas ? Quelque chose nous dit que si elles sont en ligne, vous devrez craindre sur ce coup mesdemoiselles BBJane Hudson et Valentine De Luxe. Indices mercredi en cas de panne. A vos cellules grises...

17 fois Cécile Cassard ?






























Non, 17 fois Cécile Cassard, ce serait trop. Contentons-nous de 9 fois une plante grasse dans son charmant petit pot, ce sera déjà hautement satisfaisant. 

Cache-cache : saurez-vous retrouver Jeanne Moreau dans cette image ?





















Gagné ! Elle était dans la piscine. Car ce ne peut pas décemment être une baignoire. Si ? 

Et maintenant chantons.



Début de la semaine "Glee" saison 4 sur Soyons-Suave. C'est frais, c'est printanier avant l'heure et c'est rassurant de vérifier que Sarah Jessica Parker ne ressemble pas encore complètement à sa couverture de l'édition chinoise de Harper's Bazaar du mois de mars...

Pendant ce temps, à Hollywood...















Houla...

La fin du Quizz de Josée.



















Oui, oui, oui Jérôme : notre inconnu au grand chapeau était bien Anthony Perkins dans le rôle de Javert et n'attribuez pas le mérite de votre victoire à quelqu'un d'autre (ou quelque chose d'autre si on pense à Google) que vous. Vous avez su recouper les informations, utiliser des moyens modernes de recherches, séparer le bon grain de l'ivraie : vous êtes un formidable vainqueur 2.0. 

Et donc, pour confirmer la réponse, il s'agissait d'une photo extraite des "Misérables" version 1978, mini-série réalisée pour la télévision américaine par Glenn Jordan, avec dans des rôles divers, Claude Dauphin ou John Gielgud. 

















Nos suaves visiteurs pourfendent les Quizz et ont, en plus, l'extrême amabilité d'expliquer les indices. Michel Bouquet menait à Javert et Marisa Berenson à sa soeur Berry, que Anthony Perkins épousa, un peu à la surprise générale, ne le cachons pas, en 1973 après l'avoir mise enceinte. Ils auront deux fils et resteront unis jusqu'au décès d'Anthony en 1992. 

Et personne, à priori, n'ignore que Berry aura la malchance de se trouver à bord du premier vol qui s'écrasera contre le World Trade Center le 11 septembre 2001. Elle avait 53 ans. 


















Nous souhaitions dans un premier temps nous livrer à une analyse fouillée de l'oeuvre de Victor Hugo et notamment interroger l'utilisation abusive de la virgule dans la phrase hugolienne, mais finalement, nous avons opté pour une étude beaucoup plus superficielle du port du chapeau de Javert dans les adaptations cinématographiques de l'oeuvre. 

Prenons quelques exemples de Javert célèbres et qu'observons-nous ? 



























Tristesse, désespoir et anémie du couvre-chef : Javert ne sera jamais un de nos chapeaux du weekend. Quand on hésite éternellement entre le bicorne napoléonien et le haut de forme, c'est que toute fantaisie nous a quitté à jamais. 

Était-ce difficile d'envisager un petit bonnet tricoté, une toque doublée ou même une chapka revisitée ? Il devait pourtant faire froid à Paris en 1820... Ou alors, c'est parce que Javert est inspecteur de police et donc forcément rigide et ennuyeux ? N'est-ce pas alors un peu caricatural ? Victor : n'est pas un peu trop simple ?






















Seule Josée Dayan (qui justifie à elle-seule l'achat d'une télévision) osa s'amuser un peu avec le personnage en demandant à John Malkovich en 2000 d'imaginer qu'il jouait en fait Néo dans "Matrix 4". Ah ce n'était pas de l'humour ?...

Décidément, parfois, ce monde nous échappe...

Le String de la semaine.

Même si l'idée semble impossible, on peut être suave en string. Chaque lundi, la preuve en image. 

































Et cette semaine, notre ami le string se dit que c'est finalement très amusant de se débarrasser de ses vieux 33 tours.  

Le Brushing du jour.

































Parce qu'on n'a jamais assez de hauteur, de laque et d'anglaises, revisitons les plus suaves créations capillaires. ET pour cette quatre cent trentième édition, Debi Mazar présente le modèle intitulé "Difficile à refaire chez soi". 

C'est lundi !

































Froid, neige, temps maussade : n'écrivons-nous pas la même chose depuis quelques semaines ? Mais après tout, nous sommes encore en hiver aussi, avant de sortir, armez-vous de patience et pensez à coordonner vos écharpes et foulards à votre maquillage. 

dimanche 24 février 2013

Une caresse avant de nous quitter.

































C'était le 64e numéro de "Soyons-Suave weekend". A la semaine prochaine. 

La promenade du dimanche.

Puisqu'il n'est pas conseillé de rester une journée entière entre quatre murs et que l'air frais est en tout point salutaire, "Soyons-Suave weekend"  vous propose d'aller vous aventurer dans de nouvelles contrées, découvrir d'autres suaves horizons. 





















Après un site consacré aux hommes célèbres portant des tiares et un autre exclusivement dédié aux marins, poursuivons notre ballade dans le monde merveilleux des pages web aussi inutiles qu'indispensables avec "The Kitten covers", hallucinant et halluciné site qui revisite les pochettes mythiques de l'histoire du disque avec des chatons. 

Evidemment, nous sommes à deux doigts de nous écrier que les chatons sont interdits sur "Soyons-Suave" et "Soyons-Suave weekend" parce qu'un chaton, c'est trop facile. Seulement voilà, "The kitten covers", enfin les pochettes proposées et détournées, sont parfois tellement bêtes qu'il serait vraiment dommage de s'en priver. Illustrations :



























Pas de volonté du mignon à tout prix mais plutôt une démarche qui pourrait être : "Qu'est-ce que cela donnerait avec un chaton ?". 

Ou alors nous n'avons rien compris. Ce qui est une possibilité. En tout cas nous avons bien ri.