lundi 8 février 2016

La fin du Quizz de Artsandrage.















Parfois la vie est formidable et le Quizz du lundi résolument merveilleux. Et franchement, que ce soit Bruno, notre Bruno si nous pouvons nous permettre cette appropriation momentanée, qui démasque Dany Saval dans "Moi et les hommes de 40 ans", après toutes les horreurs dites sur elle, cet été, c'est exceptionnel ! 

Cher et suave Bruno, voyez donc votre nom en noir sur gris cette semaine sur nos pages et remerciez fort Dany de vous offrir la possibilité de retrouver cette troupe d'élite que sont les pourfendeurs de photos mystères, troupe qui se désespérait de vous revoir un jour vous savez :)

















Parlons peu parlons bien, "Moi et les hommes de 40 ans" est un de ses films, effectivement, qu'on ne voit plus guère et d'ailleurs, Artsandrage, nous vous dirons la semaine prochaine d'où et pourquoi ces merveilles sur nos pages. En tout cas, on sait que Dany Saval y fait souvent "O" avec la bouche". 

Dernière réalisation de Jack Pinoteau, frère de Claude, qui après cela, laissera la place à son frère, se consacrera un peu à la télévision puis décédera (mais comme tout le monde un jour finalement), "Moi et les hommes de 40 ans" est d'une logique imparable dans la carrière de Dany Saval puisqu'elle y joue une blonde piquante parfois irritante, peut-être un brin naïve mais finalement au grand coeur, sa marque de fabrique dans les années 60. 


































Il est à noter que Darry Cowl ne figure pas au générique pourtant prestigieux de ce film adorable et drôle, rappelons-le, quand il fut le partenaire privilégié de Dany dans de nombreuses productions de l'époque et choisit même de lui donner la vedette de son unique réalisation, le rarissime "Jaloux comme un tigre" en 1964. 

Mais ce serait alors oublier que Jack Pinoteau reste et restera le réalisateur du "Triporteur", ce qui fait que d'une certaine façon, Darry est un peu dans  "Moi"... ce qui n'est pas une déclaration à caractère personnel. 


































Quoi qu'on puisse penser de Dany Saval, comme actrice, comme femme de (et il y eu quelques "de"), comme blonde éternelle, reconnaissons qu'elle fut un temps une comédienne charmante, qui affola même l'oncle Walt qui l'introduisit au public américain dans "Un pilote dans la Lune", ce qui explique d'ailleurs l'un de nos deux indices de mercredi dernier. 

Quant au second indice, ces quatre délicieuses demoiselles, la solution se découvre en musique, de Claude Bolling, comme il se doit. 



Et à ce propos, sommes-nous les seuls à nous souvenir qu'une des Parisiennes, Anne Lefébure, fut une des plus envoûtante speakerine de FR3 ?

Faire apparaître Les Parisiennes était d'ailleurs un double indice, puisque c'est également le titre du film qui révéla réellement Dany Saval et dont elle interprétait une des chansons. Car oui, pour notre plus grand bonheur, Dany chanta.























Sans doute parce que c'est un twist (en fait non mais comme nous en ignorons la véritable raison...), la chanson des "Parisiennes", dans son 45t d'origine, vaut l'équivalent d'une nuit en Formule 1 avec petit déjeuner.

Son cousin le pressage japonais vous permettra, lui, de passer une semaine dans un resort agréable quelque part dans le golfe de Thaïlande. Incroyable non ? Puisqu'on vous dit que la vie est formidable. Quant à Dany, elle est suave, c'est évident.


8 commentaires:

roijoyeux a dit…

les indices étaient encore plus énigmatiques que le quizz !!

Anonyme a dit…

Damned, Roijoyeux, vous venez de révéler le secret le mieux gardé de tous les non-pourfendeurs du quizz!!!
Anatis

★Bruno Lucas☆ a dit…

Non, ce sont eux qui m'ont mis sur la piste de la Saval.
Cela m'a amusé également, cher So-Su, de me dire que c'est grâce à Dany que j'allais gagner ce Quizz ! Merci donc à toute l'équipe, aux Parisiennes, à Claude Berri et à Danielle Nadine Savalle, chanteuse, actrice et surtout femme de.

Anonyme a dit…

oui, mais vous, vous pourfendez.
A.

★Bruno Lucas☆ a dit…

Et oui, je me souviens très bien d'Anne Lefébure, la voix de FR3 et maman de la chanteuse Valérie Barrier.

Artsandrage a dit…

Oui, l'indice de la lune était mystérieux, mais pas celui des Parisiennes, défilé d'où l'on ne retient en genéral que la nuit - voir la fameuse scène entre Johnny-idole des jeunes-Hallyday et la juvénile Deneuve.
Je me permets de conseiller à tous les amis de la suavité la vision de Pleins feux sur l'assassin de Franju, avec l'exquis Jean-Louis Trintignant et le tonitruant Pierre Brasseur auprès de Mlle Saval.

Par ailleurs, quelqu'un aurait-il vu Constance aux enfers, avec la même actrice et Michèle Morgan, adapté d'un roman du très suave Jean-Pierre Ferrière? Ce romancier de la veine populaire (par exemple la collection Spécial Police au Fleuve noir et autres J'ai lu) mérite notre attention pour son goût du cinéma, des descriptions vestimentaires toujours du dernier cri et son penchant pour les personnages féminins. - Il est à remarquer que sa carrière a plusieurs fois croisé celle de Danielle Darrieux : suavissime! - Si ça vous intéresse, je vous en toucherai volontiers un mot à l'occasion.

soyons-suave a dit…

Il nous reste, et heureusement, encore beaucoup de chemins à explorer et nous notons avec avidité celui qui nous fera découvrir Jean-Pierre Ferrière. Nous avons lu il y a très longtemps une des enquêtes des soeurs Bodin sans grand souvenir de la chose il faut le dire. Mais alors que notre amitié est encore jeune, cher Artsandrage, vous savez aiguiser notre intérêt :) Une vie tombée dans l'oubli, Danielle Darrieux, les années 60 : non vraiment, tout est là !

Blas Inflante a dit…

"Et à ce propos, sommes-nous les seuls à nous souvenir qu'une des Parisiennes, Anne Lefébure, fut une des plus envoûtante speakerine de FR3 ?" non , moi je m'en souviens en tous cas, et même qu'elle habitait dans le même immeuble que des potes à moi rue du Bac à Paris (Seine)