samedi 6 février 2016

C'est le weekend : soyons musical !
















Suaves visiteurs, les mp3 du weekend sont très heureux en ce samedi de vous plonger dans un de nos genres favoris : les albums "new sound" ou "new sounds" dont nous vous avons déjà, à maintes reprises, montré la suavitude inégalée. 

Petit rappel pour ceux qui n'auraient pas fait leurs devoirs : un album "new sound" est la tentative parfois désespérée, parfois magique, d'une vedette confirmée du microsillon mais officiant dans, au choix, la variété, le jazz ou la comédie musicale, de coller brusquement à l'actualité en enregistrant un disque entier de "tubes" qu'apprécient les jeunes. 
























Particulièrement répandu dans les années 60 et découlant directement de la panique causée chez deux ou trois générations d’interprètes par la "British invasion", un album "new sound" se reconnait à quelques éléments : 

le titre tout d'abord, "New sound", "hits of today", "sings for the young", en gros n'importe quoi avec "new", la pochette, un peu psychédélique ou au contraire très low profile et le répertoire, au moins deux reprises des Beatles, un Burt Bacharach, un ou deux Stevie Wonder et un Simon and Garfunkel, généralement "The sound of silence". 























Concluons ce préambule : en 1966, l'album "Strangers in the night" de Sinatra était new sound puisque pratiquement aucun des compositeurs retenus par Frankie et Burt Karmpfert le producteur n'étaient nés avant 1900. Ce fut un triomphe et la renaissance d'Old blue eyes. 

En 1979, le "disco album" d'Ethel Merman était on ne peut plus new sound mais marqua, dans un double effet qu'on pourrait qualifier de kiss cool, la fin définitive de la crédibilité d'Ethel et son entrée, pour ceux qui en doutait, au panthéon des idoles camp. 










































Quid de ce weekend alors ? Eh bien, comme nous vous l'annoncions, nous sommes très heureux de vous proposer un des albums "new sound" les plus curieux que nous ayons entendus, le "New feelin" enregistré en 1970 par Liza Minnelli. 

Nous nous sentons très magistraux aujourd'hui donc nouveau petit point : en 1970, Liza Minnelli n'a pas encore incarné Sally Bowles dans "Cabaret", elle est détentrice d'un Tony pour son rôle dans la comédie musicale "Flora the red menace" et est déjà assise sur 5 albums qui ont un point commun, ils sont tous été des échecs. 























Pour résumer, le public adore Liza sur scène, à Broadway ou aux côté de mère à Londres, à la télévision mais se moque totalement de la chanteuse qui enregistre pourtant des albums très contemporains, collant à son âge ; elle a à peine 25 ans. Elle a beau chanter du Randy Newman ou du John Denver, du Bacharach ou du Paul McCartney, personne n'achète. 

Ayant déjà épuisé la maison de disque Capitol et désespérant à présent A&M, cette dernière décide de laisser à Liza une ultime chance. On la place donc entre les mains d'un producteur qui n'a jamais rien fait, on lui donne comme consigne de faire ce qu'il veut puisque après, on laissera tomber la fille de qui on sait et on enferme tout le monde en studio. Le résultat, ce sera cela :



L'idée de Rex Kramer, le producteur et petit ami du moment de la chanteuse est assez jubilatoire : puisqu'on se moque de Liza chantant du contemporain, faisons-lui enregistrer des très vieilles choses mais avec des orchestrations actuelles. Voici donc un très bel exemple de "new sound" inversé, à l'image de l'album des Andrew Sisters qui pour relancer leur carrière en 1958, enregistreront un disque uniquement composé de chansons des années 20 !!!

Dans "New Feelin'", Cole Porter devient donc soul, Gershwin groovy et Johnny Mercer motown ! C'est évidemment un peu surprenant à la première écoute mais ça marche. Pour la première fois depuis son premier 45 tours, Liza se classe dans le top 200, à la 158e place d'accord, mais quand même.























Il ne vous reste plus qu'à découvrir ce surprenant album dont la liste de lecture apparaît lorsque vous cliquez sur l'image ci-dessus et qui s'agrandit. Vous y découvrirez même le premier enregistrement de "Maybe this time", bien avant que la chanson soit intégrée à la BO de "Cabaret" deux ans plus tard.


Et pour télécharger cette nécessaire dose de groove et de n'importe quoi au format zip, vous savez comment faire. 

1 commentaire:

Valentine Deluxe a dit…

...nous voilà à peine en février et c'est déjà noël! ...non, vraiment, fallait pas!