samedi 5 avril 2014

L'idée collection du weekend.

Parce qu'on ne peut pas éternellement décoller des timbres ou empiler des boites de camembert, "Soyons-Suave weekend" vous suggère de temps à autre de suaves idées à collectionner, de quoi occuper votre temps libre et épater vos amis tout en restant suave. 














Même si nous n'en avons pas la preuve formelle, nous sommes persuadés qu'il doit y avoir quelque part au siège d'Ikea en Suède, une pièce consacrée à la mémoire d'Alexander Girard, dans laquelle les employés sacrifient au moins une étagère Billy par semaine afin de l'honorer. 

Ce ne serait là que justice et un tout petit exemple de l'influence que celui qui est considéré comme l'un des plus importants designers du XXe siècle continue d'exercer aujourd'hui. Alexander Girard est un dieu qui consentit à exercer ses talents chez Herman Miller dont il dirigea la branche textile. 























Au cours de sa très fructueuse et laborieuse existence, Alexander Girard dessina des horloges, des puzzles, des poupées, s'occupa de typographie, de formes et de couleurs. Il créa bien évidemment des tissus, encore des tissus et toujours des tissus que nous aurions bien envie, 60 ans après leur création, de mettre partout. 




























Parce que la vie est parfois suave, on peut trouver les créations d'Alexander Girard un peu partout, bon, ce n'est pas toujours donné, mais c'est toujours l'assurance d'un choix inattaquable et d'une félicité à venir. Car on vit différemment assis sur des coussins Girard. Et quand en plus c'est dans une fosse à conversation...

















Mais si nous ne devions vous donner qu'un conseil, ce serait de partir à la recherche de l'objet ultime : un avion dessiné par Girard pour la compagnie Braniff, qui l'embaucha en même temps que Pucci pour dynamiser la société. 

Pour Braniff, Girard dessina 17000 objets, allant du sachet de sucre en poudre aux avions eux-mêmes. Et brusquement, vous savez enfin quoi placer au milieu des ifs pour rompre la perspective un peu ennuyeuse du parc de votre domaine. 























L'achat de l'avion ne s'envisagera qu'à la condition de partir également à la poursuite de l'uniforme Pucci coordonné. Mais vous le saviez. 

Vous le saviez, n'est-ce pas ? 

2 commentaires:

Camille Fromtheavenue a dit…

sublime ! suave sélection !

Anonyme a dit…

Je ne sauverais que l'imprimé à carreaux, franchement "unreal" comme dirait Patsy...
Pruneauxyz