samedi 30 mars 2013

Une caresse avant de partir.





















C'était le 68e numéro de "Soyons-Suave weekend". A la semaine prochaine. 

La promenade du weekend.

Puisqu'il n'est pas conseillé de rester une journée entière entre quatre murs et que l'air frais est en tout point salutaire, "Soyons-Suave weekend" vous propose d'aller vous aventurer dans de nouvelles contrées, découvrir d'autres suaves horizons. 







Découvert totalement par accident alors que nous faisions quelques recherches sur "Gorilla at large" avec Anne Bancroft, le site "Gorilla men" incarne en tout point la suavitude du monde merveilleux du web. 

Consacré de façon générale aux gorilles et de manière plus particulière aux hommes s'étant un jour glissés dans un costume de grand singe, "Gorilla men" n'est ni plus ni moins que cela : des hommes, des gorilles et des fermetures éclair. 


























Crée en 2010 et toujours en activité, ce qui est à noter, "Gorilla men" vous propose plus de trois années d'archives, qui seront les bienvenues si vous n'êtes pas très agneau ou modérément lapin. 

Célébrer le gorille un weekend pascal ? Oui, et alors ? Le pire qui puisse vous arriver est de croiser une Raquel Welch blonde. En body pailleté. Assurément de quoi tenir jusqu'à mardi...


L'Instant mode du weekend.

































Ne serions-nous pas passés à côté de la robe oeufs en plastique ?

Et maintenant dansons !



Comment ? Vous ignoriez que Barbra aussi s'était un temps adonnée à la touche Brazil sans laquelle un weekend n'est pas totalement suave ? 

Et que mange-t-on ce midi ?





















Agneau, poivron, tomate, aubergine, et c'est la fête dans la cuisine. 

C'est samedi : soyons musical.















Il fallait s'y attendre : nous ne pouvions pas rester très longtemps sans revenir à l'une de nos obsessions préférées, la compilation monomaniaque. Nous sommes conscients du fait qu'un même air, entonné plus de cinq fois à la suite, même par des interprètes différents, peut éventuellement pousser à des gestes que l'on peut regretter. Mais nous faisons confiance à votre ineffable sérénité pour savoir résister à la tentation de l'homicide. 

Un peu déconcerté par la baisse du niveau de suavitude des commentaires dernièrement sur nos pages, nous avons un peu bêtement eu soudain envie d'amour, parce qu'honnêtement, nous pensons que c'est exactement ce dont le monde a besoin maintenant... de l'amour, du doux amour. 


















En 1965, Burt Bacharach et Hal David composaient un hymne à l'amour universel qui fut proposé à Dionne Warwick qui avait visiblement en tête d'autres priorités. Dionne déclina poliment (ou pas d'ailleurs). Privés de leur voix officielle, les dualistes de la pop proposèrent donc la chose à la jeune Jackie deShannon, par ailleurs auteur-compositeur, mais qui sentit qu'elle y perdrait beaucoup à dire également non. 

Enregistré rapidement et sorti dans la semaine qui suivit, "What the world needs now is love" grimpa à la septième place des hit-parade. C'est encore aujourd'hui le plus gros tube de Jackie, par ailleurs auteur du tubesque "Bette Davis eyes" dont nous avons déjà parlé ici même


























A ce jour, "What the world needs now is love" a été enregistré par plus d'une centaine d'artistes, a décoré de façon sonore des dizaines de génériques pour la télévision et la radio et a connu le succès dans les charts country comme exotiques. 

Car c'est aussi cela, le génie de Burt et Hal, être capable d'écrire des chansons tout terrain, se prêtant à toutes les adaptations et tous les massacres. "What the world needs now" est sans doute la chanson la plus loupée des Supremes. C'est aussi l'une des dernières chantées à la télévision par Judy Garland. Ahhh, Judy... et pourtant nous t'aimons, tu sais...



Parce que justement tout le monde ou presque a enregistré cet appel à la communion, nous avons choisi de faire pour une fois l'impasse sur les figures attendues. Point de Sammy Davis, de Jack Jones, de Tony Bennett ou de Sarah Vaughan, pas l'ombre d'un chanteur d'Anita Kerr ou de Ray Conniff. Même pas un Franck Pourcel, c'est dire combien nous avons lutté contre nos penchants naturels.

Par contre, savourons la joie de découvrir que "What the world needs now" fut le titre du dernier album enregistré par Mahalia Jackson et du premier gravé par Michele Lee/Karen McKenzie/Côte Ouest. Mais également que la chanson se prête fort bien à l'orgue Hammond et à l'orchestre philarmonique de Boston. Etonnons-nous enfin qu'il y ait un nouvel album de Rick Ashley et que personne ne nous ait prévenu. Rick, nous ne te laisserons jamais tomber.



Embrassons-nous, serrons-nous, aimons-nous. Nous n'avons pas besoin d'une nouvelle montagne. Nous n'avons que faire d'un nouveau champ. L'amour par contre... il y en a si peu... et selon les pistes de lecture suivante :

1. Jackie deShannon
2. Diana Ross and the Supremes
3. Enoch Light
4. Jane Morgan
5. Les Surfs (en espagnol)
6. Sergio Mendes
7. Stanley Turrentine
8. The Sweet Inspirations
9. Mahalia Jackson
10. Klaus Wunderlich
11. Judy Garland
12. Rick Astley
13. Michele Lee
14. The Boston Pops
15. Jo Stafford
16. Dionne Warwick and the Hip Hop Nation


Et pour télécharger tout cela au format zip, vous savez comment faire. 

Vous n'allez tout de même pas sortir en cheveux ?

































Ce n'est pas parce que nous sommes samedi qu'il ne faut pas faire un effort. Maria Felix montre l'exemple et propose l'option "Mexican chic". 

Bienvenue dans "Soyons-Suave weekend" !


































Comme chaque samedi, Soyons-Suave devient "Soyons-Suave Weekend", c'est à dire la même chose mais en plus "fin de semaine", un supplément détente qui vous permettra, sans erreur, d'affirmer que, oui nous sommes samedi, crévindiou nous sommes dimanche.

Et au programme de ce soixante huitième numéro, une nouvelle fois raccourci : un chapeau, une touche Brazil, une idée repas, de la mode, des mp3 qui demandent de l'amour maintenant, une promenade pour ceux qui aiment les animaux et ne sont pas très agneau pascal et une caresse. 

De belles histoires, de douces musiques, de chatoyantes couleurs pour vos yeux. C'est le weekend. C'est "Soyons-Suave Weekend" !


vendredi 29 mars 2013

Pour le plaisir.

































Soyons-Suave est heureux de vous offrir un chocolat de saison.

Connaissez-vous Jean-Michel ?

Impossible d'envisager un vendredi sans notre très cher ami Jean-Michel, qui chaque fin de semaine, partage avec nous, et le monde, les plus suaves clichés de son album photos. 





















Jean-Michel, 23 ans, ne parvient pas à se débarrasser de son rhume et c'est très agaçant. 

Et maintenant dansons !



Étrangement, la première version (remontée par la suite) de Too Funky et réalisée par Thierry Mugler contient beaucoup plus de messieurs que la seconde qui propose, elle, un George Michael toutes les 25 secondes...

C'est vendredi : soyons Péplum !

































Parce qu'il est plus agréable de finir la semaine en tenue légère, célébrons la toge, la tunique et même la serviette nouée. 

La question suave du jour : peut-on imaginer Pâques sans lapin ? Deuxième partie.

























































Mais parfois, c'est à se demander si vous n'avez pas perdu le sens commun avec vos questions...

Et maintenant découpons !

































La Paper Doll du vendredi aime les carottes...

Carroll Baker présente le dernier Instant Fourrure de la saison.





















C'était le dernier Instant Fourrure de la saison, qui laissera place, dès la semaine prochaine et comme il se doit, au retour de l'Instant Maillot. 

Le Brushing du jour.





















Parce qu'on n'a jamais assez de hauteur, de laque et d'anglaises, revisitons les plus suaves créations capillaires. Et pour cette quatre cent quarante deuxième édition, Diana Roos présente le modèle intitulé "Hair is in the air", également appelé dans certains salons "Everywhere I look around". 

mercredi 27 mars 2013

Pour le plaisir.

































Soyons-Suave est heureux de vous offrir un gland magique, voire peut-être même LE gland magique.

L'Instant Grrr


Et maintenant chantons !



Le chemin qu'empruntent certaines vidéos avant d'atterrir ici-même est toujours suave mais parfois un peu compliqué. Saluons CD et PF pour nous avoir mis en présence de cet objet résolument rare. Qu'est-ce donc ? On ne sait pas. Mais c'est un choc. 

Pendant ce temps, à Hollywood...

















Jon Hamm pense tenir jusqu'à dimanche mais ce sera juste...

La question du jour : peut-on imaginer Pâques sans lapin ?


























Pâques sans lapin ? Et pourquoi pas Noël sans sapin ? Non vraiment, ceci n'est pas envisageable et c'est de plus, source de tant de joie et de satisfaction qu'il serait dommage de s'en priver !

Mais avant de poursuivre, une retouche maquillage...


C'est mercredi : soyons LGBT !


Chaque mercredi, Soyons-Suave propose une tribune aux minorités opprimées, puisque la suavitude passe aussi par le respect et la compréhension. Quelqu'un a dit : "Il faut commencer par s'aimer pour pouvoir aimer les autres", ajoutons "Il faut reconnaître la suavité de l'autre avant de s'attaquer à la sienne". 

C'est donc avec fierté que nous vous offrons un roman lesbien, une moustache et un instant transgenre.